Logo Ordinateurs–de–Vote.org Citoyens et informaticiens
pour un vote vérifié par l'électeur

Accueil du site > Technologies > L’Université de Nantes a testé les kiosques électroniques

L’Université de Nantes a testé les kiosques électroniques

Les résultats des élections sont invérifiables

7 avril 2007

L’Université de Nantes a exploré le terrain du vote électronique en utilisant une procédure de vote par kiosques pour ses étudiants (élections des 5 et 6 décembre 2006).

Les kiosques électroniques présentent plusieurs différences avec les ordinateurs de vote mis en place actuellement dans nos bureaux de vote :
- les terminaux de vote sont reliés à un réseau ;
- les votes sont collectés sur un ordinateur centralisateur (le serveur) ;
- l’ordinateur centralisateur gère les émargements (et donc les identités des électeurs).

Il reste cependant deux points communs : les électeurs doivent toujours se déplacer dans un bureau de vote et le système de vote a été mis en œuvre par un prestataire privé.

L’Université a mis en place une commission d’observation des opérations électorales, suivant une démarche proche des organismes internationaux d’observation des élections. Cette commission a produit un rapport public. Une partie de la conclusion soulève des problèmes communs avec le vote par ordinateurs de vote :
- impossibilité de vérifier les résultats ;
- confiance obligatoire vis-à-vis du prestataire privé, des personnels impliqués, etc. ;
- probables difficultés d’utilisation par le grand public.

extrait de la conclusion :

«  mode de vote

L’impossibilité de garantir de manière totale, la disponibilité du système de vote à cause du recours à un prestataire extérieur, et sa sécurité à cause du problème intrinsèque de non vérifiabilité des résultats, oblige à faire reposer l’ensemble de la procédure sur la confiance dans la qualité des matériels, logiciels, et procédures utilisées et dans l’intégrité des personnels impliqués. Si cette confiance n’a pas eu à être démentie, c’est essentiellement parce que l’enjeu limité de ces élections, et l’absence de moyens importants des étudiants, rend extrêmement improbable toute tentative de leur part de corrompre tout ou partie du système ou d’intercepter, décrypter et fausser les résultats.

· Les interrogations sur la facilité d’utilisation d’un système électronique de vote, qui peuvent se poser de manière générale pour le grand public, sont résolues dans le contexte particulier de ces élections concernant un public jeune et familiarisé avec l’utilisation d’un ordinateur.

· Il semble difficile et imprudent d’étendre ce type de vote à des élections ayant des enjeux forts et pour des électeurs dont le profil est éloigné de celui de nos étudiants.  »

©© ordinateurs-de-vote.org - dernière modification : jeudi 23 mars 2017.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site Syndication/fil RSS 2.0 (explications) | Plan du site | Espace privé | SPIP