Logo Ordinateurs–de–Vote.org Citoyens et informaticiens
pour un vote vérifié par l'électeur

Accueil du site > Art et humour > Florilège de techno-groupies

Florilège de techno-groupies

18 décembre 2006

Certains croient au Progrès (avec une majuscule, au singulier) comme à un dieu infaillible et infiniment bon. D’autres croient plus modestement aux progrès (en minuscules, au pluriel).

Commençons par la plus belle !
Dans la catégorie "Je légifère donc je suis" :
- la proposition de loi n°1823 de M. Michel Hunault (UDF - Loire-Atlantique). Elle est hyper-simple (les deux au fond qui ont dit simpliste, j’ai les noms !), juste deux articles :

  1. le vote par Internet est autorisé pour toutes les élections, et le Conseil d’Etat se débrouille avec les sordides détails de mise en oeuvre tels que, je cite, « l’anonymat, le secret et la sécurité du vote »,
  2. ce sera financé par les taxes sur le tabac.

Dans la catégorie "bande de ringards" :
- « Franchement, je crois que contester la fiabilité de ces machines, c’est aussi contester à la fin du 19 ème siécle que le train pouvait être un outil performant et qu’il rendait malade ceux qui rentraient à l’intérieur. », F. Cuillandre, maire de Brest.

Dans la catégorie "insultes" :
- “Pour convaincre les plus obtus, toutes les sécurités ont été prises avec batterie de secours, contrôle de virginité de la mémoire avant le vote et machine de remplacement.” Nice-Matin du 24 mars 2005.

Dans la catégorie "non, non, ce n’est pas de l’informatique" sous-entendu "c’est plus fiable que votre PC" :
- « La technologie employée fait appel à des solutions mécaniques » Michèle Tromeur, responsable à la mairie de Brest
- Question : “Ce système de vote est-il informatique et utilise-t-il Internet ?” Réponse : “NON. Le système utilisé est électronique.” Mairie de Nice
- « Contrairement à d’autres systèmes de vote électronique, la machine à voter ne contient pas d’éléments informatiques. » Mairie de Suresnes.
- « Ce système n’est pas informatique mais électrique » Un maire des Alpes-Maritimes tout fier de montrer ses pipotrons tout neufs (entendu personnellement)
- « une calculette géante plutôt qu’un ordinateur », Les nouvelles de Châtenay-Malabry, septembre 2006.
- « il s’agit d’un vote électronique et non informatique. Aucune manipulation des résultats n’est possible. », Boulogne-Billancourt Information, décembre 2006. Aucune, c’est absolument prouvé !
- « La machine à voter est encore plus simple que mon téléphone portable, elle ne contient même pas de microprocesseur » (entendu personnellement)
Quitte à raconter des c..., ils pourraient au moins accorder leurs violons, ça leur donnerait un semblant de crédibilité. En fait, la frontière électronique/informatique est assez floue. Une définition pourrait être la présence d’un logiciel. Les ordinateurs de vote sont indéniablement dotés d’un logiciel, et on peut considérer les ordinateurs Nedap/France-Élection comme des ordinateurs dans un boitier inhabituel avec un écran inhabituel. Des ordinateurs de vote de fabricants concurrents sont basés sur une architecture de PC. Tous les PCs sont des ordinateurs... mais tous les ordinateurs ne sont pas des PCs. Comme cette affirmation se retrouve ça et là dans les présentations des ordinateurs Nedap/France-Élection par les mairies, on peut se demander si cette approche ne leur a pas été soufflée par ce constructeur. Cela ressemble fort à de la com’ foireuse tentant d’éviter l’amalgame entre ordinateur de vote et PC (parce que la fiabilité d’un PC...) .
Tiens, c’est rigolo, cette plaque sur tous les ordinateurs machines hollandaises de ce fabricant :

Dans la double catégorie "le logiciel libre ? Connais pas" et "je jargonne pour noyer le poisson" :
- Question : “Ce système est-il piratable ?” Réponse : “Non. La machine à voter i-Votronic fonctionne avec un OS (Operating System) propriétaire.” Mairie de Meylan

Dans la catégorie “Ma machine à moi atteint le 240 km/h”
- « Très performante, la machine à voter peut enregistrer jusqu’à cinq élections en simultané » Revue municipale du Havre “Océanes” de mai 2005, page 20.
En France, nous n’avons jamais plus de deux scrutins simultanés. Peut-être des référendums locaux s’y ajouteront (au risque d’allonger le temps de vote et de créer des files d’attente).

Dans la catégorie “Mais où ai-je rangé mes électeurs ?”, le ministère de l’intérieur autrichien :
- « La divergence entre les résultats de cette simulation et ceux du vote selon les modalités traditionnelles, intervenu en parallèle, a été de l’ordre de 0,6%. Constatant ce succès, le ministère de l’intérieur autrichien.... »
Un succès, d’égarer 120 voix ?

Dans la catégorie “Bienfaiteur de l’humanité”, la société Diebold :
- « About Diebold Election Systems :
Penicillin. The printing press. The personal computer. These milestones of progress improved society forever. Now it’s democracy’s turn. »

Recherches Google ayant curieusement abouti sur notre site :
- un sauvageon voulant fabriquer un “faux bulletin de collège

©© ordinateurs-de-vote.org - dernière modification : dimanche 10 décembre 2017.

7 Messages de forum

  • Florilège de déclarations techno-enthousiastes 22 novembre 2006 04:42, par matyuz

    http://www.myspace.com/attentatpunk

    juste pour rire un peu, tant qu’il est encore temps...

    Répondre à ce message

  • Florilège de techno-groupies 17 avril 2007 14:34, par Xavier

    Entendu personellement lors de la présentation des machines à voter Nedap de Courbevoie, de la bouche de la responsable de la Mairie : "ce n’est pas informatique, c’est électrique, c’est juste branché à une prise de courant"....

    Répondre à ce message

  • Florilège de techno-groupies 5 mai 2007 16:52, par jazzswing

    Pas d’électronique dans les votes pour ne pas se faire électro...niquer

    Répondre à ce message

  • Florilège de techno-groupies 6 mai 2007 01:10, par Hervé Suaudeau

    Entendu au conseil municipal (donc vérifiable) d’Aulnay-sous-Bois le 26 avril 2007 (je cite précisément) :

    Dans la catégorie "non, non, ce n’est pas de l’informatique" sous-entendu "c’est plus fiable que votre PC" :

    M. le maire en personne : "Les machines sont de simples caisses enregistreuses sans logiciel dedans".

    Dans la catégorie "Si, si ! si je le dit c’est que cela doit certainement être vrai" :

    Le 6e conseiller adjoint au maire : "On peux vérifier le code" (il dit une contrevérité qui en plus contredit le maire qui disait qu’il n’y avais pas de code)

    Dans la catégorie "bande de ringards" :

    Un autre élu : "il ne faut pas refuser le progrès, vous n’allez pas écrire au crayon alors que les ordinateurs existent"

    Dans la catégorie, vous ne comprendrez jamais ce que je veux dire car vous êtes des ignorants :

    M. le maire encore : "Les panneaux (autour des machines à voter) constituent plus une enveloppe qu’un isoloir"

    Répondre à ce message

  • Florilège de techno-groupies 9 mars 2008 15:46, par Sidharvey

    Il faut plus que jamais, se préserver du vote électronique car s’il se généralisait, ce serait l’avènement de la triche institutionnelle qui élirait à coups sûrs, des personnes représentant des groupes d’intérêts, qui en général, sont diamétralement et proportionnellement opposés aux nôtres.
    Comment faire confiance à des machines ?
    Vive le bulletin papier, recyclable de préférence, car en cas de contestations, il permet le re-comptage tandis que la boite délivre son verdict sur un bout de papier sans pouvoir vérifier la fiabilité du programme utilisé, à moins d’être programmateur informaticien hautement qualifié mais comme disait Jean Gabin dans "Le Président" (à propos de l’intégrité des hommes politiques) <>.
    Restez très vigilants sur ce sujet qui devrait revenir pour les prochaines échéances électorales.

    Répondre à ce message

    • Florilège de techno-groupies 9 mars 2008 17:49, par Chantal Enguehard

      En fait, le vote traditionnel ne permet pas de vérification en cas de contestation : les bulletins sont détruits après comptage, sauf les nuls qui sont transmis avec le procès-verbal. Ce n’est pas un problème car le processus est transparent : chacun peut y assister.
      La transparence est une propriété plus importante que la vérifiabilité qui est toujours limitée à un possible ("on peut vérifier" ne signifie pas que l’on vérifie à tous les coups).
      Il vaut mieux une transparence effective qu’une vérification potentielle.

      Répondre à ce message

Répondre à cet article


Suivre la vie du site Syndication/fil RSS 2.0 (explications) | Plan du site | Espace privé | SPIP